Présentez votre projet : public, durée, budget, mise en place, fonctionnement…

L'Equicerie est un service complémentaire de l'épicerie existante. (Vival de Pluherlin, que j'ai repris en décembre 2005)
Il s'agit de tournées sur Pluherlin et sur la commune voisine de Rochefort-en-Terre où il n'y a pas d'épicerie.
Deux tournées hebdomadaires sont ainsi réalisées, les mercredi et samedi après-midi.
Le magasin ambulant propose environ 300 références : fruits et légumes, produits frais, épicerie, liquides, produits locaux, bio, et du commerce équitable.
L'Equicerie touche un public très varié :

  • les personnes isolées en campagne
  • les commerçants de Rochefort-en-Terre, concentrés dans leurs magasins
  • les habitants des lotissements pour leur dépannage
  • les résidents de la maison de retraite
  • les résidents des villages vacances, gîtes, Ar Peoch...
  • les nombreux touristes de passage sur le secteur

 

Qui est à l’origine de cette initiative ? Pourquoi était-il nécessaire d’agir ?

    C'est une initiative complètement individuelle, née de l'envie de dynamiser mon commerce de proximité, tout en trouvant un épanouissement personnel à long terme grâce à la traction animale.
    De plus, la problématique de la « crise » et des difficultés rencontrées par nombre de supérettes m'ont confortée dans l'idée de le différencier des autres.

    L'idée de créer un service supplémentaire, complètement innovant, respectueux des valeurs émergentes de développement durable et de « mieux vivre ensemble » a fait son chemin.
    A la différence des tournées motorisées, la « traction » par l'animal suscite  « l'attraction ». Le cheval de trait Breton attire naturellement petits et grands pour un échange très convivial.

    L'objectif visé est donc d'accroitre le chiffre d'affaires global de l'entreprise par le chiffre d'affaires Equicerie, mais aussi par la publicité faite par celle-ci.

 

Un projet semblable est-il déjà mis en œuvre ? En France, en Europe, dans le monde ?

La traction animale est de plus en plus présente dans de nombreux projet individuels ou collectifs, débardage, ramassage scolaire, collecte de déchets, ré-insertion, maraîchage, mais à ma connaissance, il n'y a pour le moment pas d'autre épicerie ambulante de ce genre.

 

Quels partenariats ont été mis en place ?

Principales étapes du projet :
1ère étape : la formation à l'attelage, avec TROCOET (association basée à St-Tugdual formant les meneurs et dressant les chevaux).
2ème étape : montage du dossier, avec prévisionnel en concertation avec mon expert-comptable et demandes de subventions.

3ème étape : la roulotte, étudiée et commandée avec SEP Attelages, beaucoup de questions techniques se sont posées, quand à la taille de la voiture, son poids, la sécurité, la maniabilité, le coût...

4ème étape : le cheval, Vient d'un élévage de Postier Breton, à Le Saint (56). Stourm est jeune et doit être dressé tout l'hivers 2009-2010.

5ème étape : l'aménagement intérieur de la roulotte, par AGVM (Questembert) pour les étgarères, et ajout d'une glacière, d'une balance autonome, d'un gyrophare...

6ème : l'aménagement « local » : préparation ddu champ loué pour le cheval, et du garage accueillant la roulotte.

7ème étape : arrivée du cheval et phase de repérage des circuits, acclimatation à son nouveaus territoire pendant environ 1,5 mois

8ème étape : choix des circuits, avec élaboration d'un dépliant en 1000 exemplaires, distribution de celui-ci dans les boites aux lettres, office du tourisme, commerces ...

9ème étape : publicité, annonce du démarrage de l'activité par voix de presse, radio, télé...

Début de l'activité fin avril 2010.

Partenaires Financiers :                 

  •   Le Fisac
  • L'Agefice (formation)
  • La Région Bretagne
  • Leader

Partenaires Techniques :          

  • TROCOET
  • SEP Attelages
  • AGVM

Devez-vous faire face à des blocages et des difficultés particuliers ? Lesquels ? Sont-ils financiers, pratiques, politiques ?

La plus grosse difficulté a été de trouver l'organisation épicerie/Equicerie, notamment les mercredi et samedi matin : Préparation du magasin Vival avec 2 livraisons (fruits et légumes et produits frais) + préparation de la roulotte (fruits et légumes à achalander pour chaque tournée), + gestion du flux clients jusqu'à 13h (fermeture du magasin), déjeuner « sur le pouce » pour préparer le cheval à 13h20 et démarrer la tournée à 14h, ouf!.

Le rythme de travail a été très soutenu, avec un supplément de stress lié à toute innovation et départ dans l'inconnu, la première saison a donc été assez éprouvante physiquement.

Une autre difficulté évidente est aussi intervenue : les intempéries, certaines tournées ont dû être annulées, donc une perte d'exploitation liée à la météo.

Il faut aussi noter que les aides financières sont arrivées au cours de la deuxième saison  d'activité, il faut donc faire ses preuves et gérer son plan de financement pour ne pas avoir de soucis de trésorerie.

 

Quels sont les bénéfices de votre projet,  que ce soit dans le domaine social, économique et (ou) environnemental ?

Chiffre d'affaire Equicerie obtenu = 9000 € pour la première saison, l'objectif était de 18 000€, cependant, le CA global magasin est en évoltuion de +2%, alors que la moyenne nationale est de – 2%.
L'aspect qualitatif est largement positif, tant en terme de dépannage épicerie, que d'attraction touristique et beaucoup d'acteur locaux semblent ravis : commerçants de Rochefort-en-Terre, village Vacances.

- Impact sur l’emploi :
Une jeune en contrat d'apprentissage est embauché depuis le début de ce projet
- Impact sur la cohésion territoriale et l’amélioration des équilibres ville/campagne et littoral/arrière-pays :
Création d’un produit touristique de qualité, valorisation de la campagne Pluherlinoise, renforcement du maillage des services marchands par la création d'un commerce ambulant en arrière-pays
- Innovation et caractère pilote de l’opération (méthode, contenu, objectifs) :
De nombreuses activités se créent autour du cheval et de l'attelage, cependant, sous cette forme d'épicerie ambulante, c'est une nouveauté nationale

Opération à minima à l’échelle supracommunale :

l’opération se déroule sur deux communes (Pluherlin et Rochefort-en-Terre)
- Prise en compte du développement durable et solidaire (prise en compte du handicap) :
Le développement durable est complètement intégré dans cette démarche : pas de pollution, travail du cheval..., de plus l'aspect solidaire est très présent puisqu'un élément important est de rompre l'isolement de certaines personnes non mobiles.

-Transférabilité de l’opération et / ou démarche fédératrice :

L'équicerie est transférable à d'autres lieux (aucune marque ni « brevet » n'est déposé afin d’en faciliter la transférabilité) il est cependant plus facile en terme d'approvisionnement d'être en relation directe avec un magasin existant.

 

Que conseillez-vous aux personnes qui souhaitent mettre en place des initiatives similaires ?

Outre de batir un projet avec plan de finacement béton, l'accent est à mettre dans la formation à l'attelage et le choix du cheval, car malheureusement, nombre de bonnes idées n'ont pas pu voir le jour à cause d'accident ou de frayeur survenu avec l'animal.

 

Champ libre, ce que vous souhaitez ajouter.

Pour en savoir plus :

http://epicerie-pluherlin.com/