Henri LABBE CTPS environnement, DRDJS Bretagne

Un outil d'Education relative à l'Environnement vers un Développement Durable (ErEDD) en «accueils collectifs de mineurs » (ACM)« des enfants construisent des jeux »

 

Présentez votre projet : public, durée, budget, mise en place, fonctionnement…

Il s'agit de concevoir puis construire un jeu sur l'environnement et enfin le présenter début juin, lors d’une journée « festival ». Un thème, à prendre au sens large du terme, est défini chaque année. Ce thème permet de plus d’orienter les contenus des jeux et des projets des centres ; ainsi depuis l’année 2000 les thèmes suivants ont été traités : l’eau, l’énergie, les plantes, les petites bêtes, les oiseaux, les flaques, mares et lavoirs et l’arbre.

Il existe un comité de pilotage régional, mais chaque département s'organise (comité départemental) dans l’accompagnement et le déroulement de l’opération. Par département, les vingt premiers inscrits partent dans l’aventure écologestes aboutissant ainsi à 5 festivals. Chaque année, une plaquette avec la présentation du thème de l’année, est envoyée aux centres de loisirs.

 

Qui est à l’origine de cette initiative ? Pourquoi était-il nécessaire d’agir ?

    Les initiateurs du programme Ecolo’gestes sont Pascal Le Doeuff pour l’association Bretagne Vivante et Henri Labbe pour la direction Régionale Jeunesse et Sports de Bretagne.

    Ce concept a pour origine deux constats: une majorité des projets d'ErE sont conduits vers les publics scolaires; par ailleurs une demande, souvent insatisfaite, se développe dans les Accueils Collectifs de Mineurs (ACM).

 

Un projet semblable est-il déjà mis en œuvre ? En France, en Europe, dans le monde ?

En 2009-2010, l'Aveyron se lance dans cette opération , le thème retenue est « l’arbre, ça me branche ». Le projet sera piloté par le CPIE du Rouergue en partenariat avec la Direction Départementales de la Jeunesse et des Sports, le conseil général et la région Midi Pyrénées.

 

Quels partenariats ont été mis en place ?

Créée en l'an 2000, cette opération régionale est pilotée par Bretagne Vivante. Les Directions Régionale et Départementales de la Jeunesse et des Sports sont partenaires (DR et DDJS). La Direction Régionale de l'Environnement, la Fédération Bretonne des Caisses d'Allocations familiales et le conseil régional et les conseils généraux s'associent à différents niveaux dans le cadre de leur mission.

Un accompagnement est proposé par Bretagne Vivante, les DR et DDJS et des associations d'éducation populaire: formations et mutualisation, conseils et soutiens …

 

Devez-vous faire face à des blocages et des difficultés particuliers ? Lesquels ? Sont-ils financiers, pratiques, politiques ?

Un point noir doit cependant être signalé :pour des raisons d’organisation et d’importance de la manifestation, chaque centre vient au festival avec un maximum de 10 à 15 enfants ; ceci ne permet pas, hélas, à tous les enfants ayant participé de venir à cette journée. Des centres ont déjà réagi. Quatre d’entre eux, ont mis en place, un mini festival 10 jours après ; ils ont organisé de plus un spectacle sur le thème !

 

Quels sont les bénéfices de votre projet,  que ce soit dans le domaine social, économique et (ou) environnemental ?

D’année en année, on observe une diversification dans les approches, les contenus et les formes; les arts et les sciences font très bon ménage; de plus en plus de jeux sont de vraies créations artistiques. Quand à l’approche scientifique, c’est un véritable émancipation face au savoir ; démarche et savoir faire sont aux rendez vous. L’écrit est important puisqu’il faut rédiger la règle du jeu. Quand à l’oral, les enfants animent leur jeu quand ils le présentent dans divers cadres.

Certains centres qui ont participé à diverses éditions ont inscrit à présent l’environnement et le développement durable dans leurs orientations éducatives. La cohérence avec la vie quotidienne s’en est trouvé enrichie, par exemple au plan du tri de leurs déchets ou de l’eau. Ecologestes a été déclencheur, les centres le reconnaissent. Des animateurs demandent même une prise en compte plus importante de la notion de gestes au quotidien suggéré dans le titre de l’opération.

C’est aussi une éducation POUR le territoire : les enfants deviennent acteur de leur environnement (écocitoyenneté) : plantations, jardin et cadre de vie, aménagement de la vie au quotidien, participation à des actions de protection et de gestion des milieux (curage ou aménagement de mare…). Les projets sont aussi en rapport avec la politique de la collectivité (périscolaire, contrat éducatif local ou d’environnement, évènement touristique ou fête du jeu, …). Ceci est vécu de façon valorisante par les enfants et les animateurs.

 Sur un autre plan, certains centres font intervenir des plasticiens ou des graphistes, d’autres des animateurs environnement (CPIE, maison nature, lycée agricole …) mais ce n’est pas une majorité ; tout ceci relativise ainsi la notion de spécialiste et d’intervenant qui, souvent, semble indispensable … on peut faire sans, le mieux c’est avec!

Echanges et mutualisation. C’est une des grandes richesses de la dynamique ; les centres communiquent entre eux, s’échangent des informations et se prêtent des jeux. On voit de plus en plus d’ACM se regrouper pour organiser ensemble des sorties thématiques (intervenants, transports …), des rencontres pour se présenter entre eux des jeux accompagnées de spectacles.

 

Que conseillez-vous aux personnes qui souhaitent mettre en place des initiatives similaires ?

Au fil des ans et des échanges on repère que le projet doit se mener en équipe en évitant que seul un animateur le porte ; cette dernière situation amène isolement et fatigue du responsable, pression face à la réussite, sectorisation de l’activité et difficulté pour fidéliser un groupe d’enfants ; l’implication de l’équipe ne se fait plus et l’ancrage du projet dans le reste des actions du centre n’est plus possible. C’est la principale cause des projets qui ne vont pas
jusqu’au bout ! Dans le cas contraire, on passe du projet de l’animateur au projet du centre tout entier.

L’action conjointe d’une institution (DRDJS Bretagne) et d’une association (Bretagne Vivante) légitime de nombreuses démarches : lancement, formation, lettres aux centres, courriers de félicitations aux maires …

 

Champ libre, ce que vous souhaitez ajouter.

Prolongements et perspectives : En Ile et Vilaine, un livretprésente les jeux réalisés, on peut se procurer les listes des centres ayant participé et créé des jeux. Un centre a même édité et diffusé son jeu (CD Rom sur l’arbre). Un blog a été réalisé dans les côtes d'Armor. Chaque année, sur une idée des « anciens » centres, après le festival, une lettre de la DRDJS informe et félicite les maires des communes dont les centres ont participé (présentations, félicitations, prix reçu, photos …).

 

Pour en savoir plus :
* Association « Bretagne Vivante »
www.bretagne-vivante.org
http://ecologestes.blogspot.com
http://ecologestes.forumpro.fr
* DRDJS Bretagne :
http://www.mjsbretagne.jeunesse-sports.gouv.fr/spip.php?article451
Crédit photo : Henri Labbe